La Une Brèves Littoral. Un rassemblement pour réclamer la libre circulation le long de la côte s’est tenu hier devant la villa Clairin

Littoral. Un rassemblement pour réclamer la libre circulation le long de la côte s’est tenu hier devant la villa Clairin

par SRG Salaun
119 vues

Hier, lundi 29 août, en fin de journée, près d’une trentaine d’insulaires s’étaient réunis aux Poulains pour affirmer leur droit de longer la côte vers Penhoët en passant devant la villa Clairin. Objet du litige: un panneau propriété privée et de nouvelles clôtures récemment installées pour dissuader les promeneurs de traverser le jardin devant la villa au lieu de la contourner par derrière pour ensuite rejoindre le sentier côtier.

Lors du rassemblement de lundi dernier, les manifestants ont emprunté le sentier passant devant la villa Clairin pour se rendre jusqu’à la crique de Penhoët, connue pour son « arche » de roche.

« On voit bien que la situation n’est pas claire, car le propriétaire n’ose tout de même pas fermer complètement le passage, expose un des participants au rassemblement échaudé il y a quelques jours par une altercation avec une résidente de la villa. Mais là, le prolongement de la clôture plus avant vers la côte montre bien une volonté d’interdire l’accès au sentier côté mer ».

Du point de vue de la DDTM cependant, si la situation est bien perçue comme ambiguë, le propriétaire n’en est pas moins dans son bon droit, comme le confirme localement la CCBI: « la servitude de passage le long de la côte ne s’applique pas dans tous les cas. En l’espèce, après l’enquête publique menée par les services de l’Etat, le tracé choisi pour le sentier côtier a bien été celui qui passe derrière la villa, et non devant. Mais le choix du propriétaire d’autoriser le passage en son absence et donc de ne pas clôturer totalement s’est finalement retourné contre lui, car pour les promeneurs il y a un flou ».

Et d’ajouter qu’il existe à Belle-Ile plusieurs exemples où, contrairement au cas de la villa Clairin, le passage le long de la côte est totalement interdit par les propriétaires sans que cela ne soulève de protestation.

Ce que dit le Code de l’urbanisme pour les habitations édifiées avant 1976 (article L121-33): « Sauf dans le cas où l’institution de la servitude est le seul moyen d’assurer la continuité du cheminement des piétons ou leur libre accès au rivage de la mer, la servitude instituée aux articles L. 121-31 et L. 121-32 ne peut grever les terrains situés à moins de quinze mètres des bâtiments à usage d’habitation édifiés avant le 1er janvier 1976, ni grever des terrains attenants à des maisons d’habitation et clos de murs au 1er janvier 1976″

Informé de ce point juridique et ayant décidé de manifester en connaissance de cause, l’un des instigateurs du rassemblement tranche: « Je veux bien que la loi dise que le propriétaire est dans son bon droit, mais dans ce cas peut-être que la loi n’est pas bonne. Ce que nous demandons est qu’il n’y ait pas d’exception au principe du libre accès à la côte. Et même si d’autres exemples existent à Belle-Ile, il faut bien commencer par quelque part! »

Les manifestants se sont ensuite séparés résolus à interpeller les services compétents sur la question de l’accès au sentier côtier.

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire