La Une En diagonal Conseil communautaire. Un « plan mouillages » et un « plan paysage » évoqués, 2 parcelles vendues aux Semis

Conseil communautaire. Un « plan mouillages » et un « plan paysage » évoqués, 2 parcelles vendues aux Semis

par SRG Salaun
568 vues

Lors du conseil communautaire du mardi 29 juin, qui s’est tenu à Sauzon salle Sarah Bernhardt, les thèmes discutés ont principalement porté sur les espaces naturels, aussi bien terrestres que maritimes. Deux ventes ont été approuvées aux Semis.

Mouillages écologiques :

Le plan « Mouillages écologiques Belle-Ile 2021-2023 » a été voté, pour un coût de 188 010 euros dont 3 450 euros à charge de la CCBI et respectivement 18 248 euros et 15 904 euros pour les communes de Le Palais et Sauzon, chacune gestionnaire de leur port (propriété de la Région pour Palais, et du département pour Sauzon). Ce plan consistera à mettre en place des systèmes de mouillages réduisant l’abrasion causée par les mouillages à l’extérieur des ports, à limiter l’impact des annexes laissées sur « les hauts de plages sensibles » (par exemple par la pose de racks de rangement), ainsi qu’à sensibiliser à l’intérêt de ces nouvelles pratiques.

« Il y aura 5 mouillages écologiques par zones et nous prendrons le temps de voir les performances de chaque solution, telles que le remplacement des chaînes par des bouts, avant de les généraliser », a précisé devant le conseil Julien Froger, responsable du service espaces naturels de la CCBI.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !

Vous aimerez peut-être aussi

1 commentaire

gdv 06/07/2021 - 11:36

Les propos cités sont sans ambiguïté …
Madame la Présidente doit considérer que Monsieur Latouche, bien sûr, est né à Belle-Ile, et ses ancêtres y ont posé le pied au Vème siècle, comme ceux des Bellîlois de souche. Il ne saurait donc faire partie de « ces gens qui débarquent et veulent nous apprendre à vivre » qu’elle fustige. Ses ascendants sans doute cultivaient déjà dans leur petit jardin un ou deux pieds de vignes… d’où ce désir amoureux de retourner aux sources.

Si on est « contre », on est donc du clan des résidents pas « nés à Belle-Ile », donc de ceux qui n’ont ni le droit à la parole, vu que « ce sont de petits groupes pas représentatifs », ni celui de « nous apprendre à vivre ». Et pourtant les résidents secondaires installés depuis des dizaines d’années sont devenus Bellîlois eux aussi…

« On en a assez » dites-vous : donc comme Monsieur Latouche ne fait pas partie des « gens qui débarquent » ouvrez lui grandes les portes ! Et pour mettre le holà au débarquement des « gens qui investissent dans l’immobilier à Belle-Ile et n’y vivent pas à l’année », que vous semblez détester, bloquez les projets immobiliers de luxe inaccessibles aux Bellîlois et qui fleurissent ici en ce moment !!!!!

Association Gerveur da Viken

Laissez un commentaire