La Une En diagonal Solidarité. Le cycliste Dominique Rémond grimpera le col du Ventoux pour une association d’aide aux enfants malades

Solidarité. Le cycliste Dominique Rémond grimpera le col du Ventoux pour une association d’aide aux enfants malades

par SRG Salaun
568 vues

A une date fixée à après le 20 juin mais susceptible de changer, Dominique Rémond, membre du vélo club de Belle-Ile, relèvera le défi « everesting » en gravissant le col du mont Ventoux, dans le département de la Drôme. Consistant à monter un dénivelé équivalent à celui du Mont Everest, soit 8.848 m, cette épreuve lui permettra de récolter des fonds pour l’association d’aide aux enfants malades du cancer Imagine for Margo.

Arrivé à Belle-Ile il y a 25 ans de Bourgogne-Franche-Comté, Dominique Rémond, qui avait pratiqué le cyclisme durant toute sa jeunesse, aura pourtant attendu 2015 pour rouler en 2 roues sur les routes de l’île : «Suite à un accident de travail, j’avais dû arrêter, explique-t-il. Et de toutes façons je n’avais plus vraiment le temps. Mais en 2015, en vacances dans la Drôme, j’ai vu tous ces cyclistes qui gravissaient le mont Ventoux… Alors au retour, je me suis arrêté à Vannes pour acheter un vélo et j’ai aussitôt repris les entraînements. Et comme à ce moment-là le vélo-club cherchait des accompagnateurs pour les enfants, je me suis porté volontaire. C’est extraordinaire de voir leur vitalité et leur joie de vivre ! »

80 km le matin et l’après-midi

Surpris en 2020 par le confinement, Dominique Rémond, 69 ans aujourd’hui, avait alors pris conscience de l’importance de l’activité sportive, pour les jeunes comme pour les plus âgées, qui lui a permis de « ne pas baisser les bras par peur d’être contaminé ». Et justement, c’est pendant le confinement qu’allait naître le « défi Everest », aussi dit « défi everesting ». Imaginé par George Mallory, petit-fils de l’himalayiste du même nom, ce défi consiste à gravir une hauteur équivalente à celle du mont Everest en un nombre d’aller-retour illimité et avec des pauses pendant lesquelles on ne peut pas dormir. Déterminé à tester ses forces à cette épreuve, Dominique Rémond, qui s’entraîne à raison de sorties de 80km le matin et l’après-midi, soit presque un tour de l’île à chaque fois au départ de son domicile de Locmaria, commence donc à principalement se concentrer sur les côtes : « A Belle-Ile, il y a énormément de côtes, mais elles sont courtes. Pour mon défi, je dois les monter entre 10 et 50 fois ! »

Un col mythique

Car ramenée aux plus de 20 km d’ascension du col du Ventoux, qui culmine à 1909m, une côte comme celle de Crawford, avec ses « entre 10 et 15 % d’inclinaison au plus fort et qui monte sur environ 500m », n’a plus grand-chose d’impressionnant… Dans ce site mythique pour les cyclistes où certains vont même en pèlerinage voir la stèle qui rend hommage au coureur britannique Tom Simpson, décédé là-bas lors du Tour de France de 1967, Dominique Rémond calcule qu’il lui faudra descendre et monter 8 fois le fameux col, en environ 23h. « Comme grimpeur passionné par le Tour et la légende du Ventoux, relever le défi Everest à cet endroit me parle vraiment, détaille-t-il. Mais si je parviens à surmonter l’épreuve dans de bonnes conditions, le prochain Everesting pourrait bien avoir lieu à Belle-Ile ! »

Pour soutenir la collecte du défi Everest pour l’association d’aide aux enfants malades du cancer Imagine for Margo : https://www.leetchi.com/c/defi-everst

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire