La Une Artisanat Portrait. Prenez un pinceau, trempez-le en mer, et Gurvan Kérignard devient Kékel’ Bosco

Portrait. Prenez un pinceau, trempez-le en mer, et Gurvan Kérignard devient Kékel’ Bosco

par SRG Salaun
353 vues

Originaire de Sauzon, où il vit toujours, Gurvan Kérignard y a grandi un crayon à la main et avec dans la tête l’idée d’être marin. Suite à une « erreur d’aiguillage », c’est pourtant le crayon qui l’emportera, ou plutôt le pinceau, puisque les couteaux et tableaux qu’il signe aujourd’hui sous le nom de Kékel’ Bosco sont tous peints sans l’étape du croquis.

Ce matin de 1986 où Gurvan Kérignard décide de ne pas monter dans le car qui doit l’amener au lycée d’Auray où il est en classe de 1ère, Kékel’ Bosco, s’il était déjà né, aurait sûrement fait beaucoup de bruit en applaudissant. Car depuis qu’à la fin du collège Gurvan n’a pas « trouvé le courage » d’imposer sa préférence pour le lycée professionnel maritime d’Etel, il s’ennuie ferme : « Dans ma famille, presque tous les hommes étaient marins, et c’est ce que je voulais faire. Mais au collège, on a considéré que j’avais de trop bonnes notes pour aller vers la voie professionnelle, et on m’a poussé vers une seconde générale. Pour moi, c’est un regret de ne pas avoir eu le tempérament pour dire non ».

Déçu par son premier tableau

Retourné à la croisée des chemins, le jeune homme, toujours indécis sur la direction à prendre, se souvient alors d’une chose : il aime dessiner. Dans la famille, même si personne n’a jamais envisagé qu’un don artistique puisse déboucher sur «un vrai métier », Gurvan Kérignard est depuis tout petit celui qui a un « bon coup de crayon » et s’amuse à copier les personnages d’Astérix, Lucky Luke, Tintin… Cependant, après sa première erreur d’aiguillage, l’ancien fan de BD va en commettre une 2e. Persuadé que s’il est un véritable artiste il doit être capable de peindre avec le même réalisme que celui des grands maîtres, à 16 ans, il est tellement déçu par son premier tableau qu’il se décourage et abandonne.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !

 

0 commentaire
2

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire