La Une En diagonal Neige à Belle-Ile. Un phénomène hivernal pas vu depuis 1997, voire le record de 1986

Neige à Belle-Ile. Un phénomène hivernal pas vu depuis 1997, voire le record de 1986

par SRG Salaun
125 vues

Surpris ce matin, jeudi 11 février, par un vent chargé de neige, les flocons étant tombés abondamment depuis tôt le matin jusqu’à environ 11h, les Bellilois n’avaient pas vu un tel phénomène depuis décembre 1997.

Contacté par téléphone en début d’après-midi, Jean-Pierre Laléouse, originaire de Belle-Ile et travaillant aujourd’hui à Rennes pour Méteo-France, entre dans les détails : « Des épisodes d’environ 1 cm de neige, on en a eu en 1985, 1991, et 1993. Et si on prend en compte les fois où des flocons ont été détectés au sémaphore du Talut mais n’ont finalement pas chuté au sol, le dernier exemple remonte à 2013. Mais pour ce qui est de trouver quelque chose de vraiment remarquable, il faut remonter à une journée de décembre 1997 où 5 cm de neige ont été enregistrés, et au record de février 1986 : cette année-là, 10 cm étaient tombés pendant 3 jours, puis 2 autres jours ».

Une sortie de route vers Fonténégo

Véritablement exceptionnelles, avec de premières mesures au pied levé d’entre 2 et 6 cm selon les endroits, les chutes de neige survenues à Belle-ile ce jeudi ont inévitablement occasionné quelques perturbations dans la circulation, avec, outre des encombrements dûs au patinage sur place de véhicules, par exemple avenue Carnot en début de matinée, au moins une sortie de route de véhicule sur la route de Sauzon. Aussi soudain qu’intense, le coup de froid de ces dernières heures, renforcé par la morsure des vents de sud-est, qui mardi soir avaient même provoqué des creux de 2 m dans le port de Palais, devrait prendre fin demain, aucune nouvelle chute de neige n’étant annoncée, et le thermomètre devant passer de 0° depuis cet après-midi à 2° vendredi matin (contre -1,5° ce jeudi matin).


Recueillies par des militaires au sémaphore du Talut, où a vécu Jean-Pierre Laléouse plusieurs années lorsque son père y travaillait, les données sont ensuite transmises à l’établissement public administratif Météo-France, qui est propriétaire des équipements de la station météo et responsable de la maintenance. En plus de permettre la diffusion de bulletins météorologiques quotidiens, cette collecte de données sert à faire des statistiques par périodes de 30 ans. Or justement, 2021 sera une années charnière pour entreprendre le travail correspondant à la dernière période : 1991-2020.

Ce matin, une partie des écoliers et collégiens ainsi que de leurs professeurs n’aura pas pu se rendre dans les établissements scolaires. Et dans la journée, l’inspection académique invitait les parents à venir chercher leurs enfants plus tôt en raison d’un risque de pluies verglaçantes. En attendant, pour les élèves qui ont pu se déplacer, l’humeur était à la fête :
« Nous sommes évidemment rentré en classe très en retard, explique Fabienne Théaud, directrice de l’école Sainte-Marie de Sauzon. C’est quelque chose de tellement exceptionnel qu’on a voulu laisser les enfants en profiter au maximum. Et même en classe, nous avons tous passé beaucoup de temps à la fenêtre ! Cette année, les classes de neige ont été annulées, alors, ça tombe à pique pour ceux qui auront vu aujourd’hui des flocons pour la première fois de leur vie ».

A noter. Le service de transport scolaire assuré par Les Cars Bleus, suspendu cet-après midi, le sera encore toute la journée de demain (vendredi 12 février) pour éviter un risque de pluies verglaçantes.

0 commentaire
0

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire