La Une Non classé Vignes. La Bruyère vagabonde surprise par l’avis de l’autorité environnementale

Vignes. La Bruyère vagabonde surprise par l’avis de l’autorité environnementale

par admin-wbstrn
337 vues

Le 19 novembre dernier, le ministère de la Transition Ecologique publiait un communiqué de presse regroupant les avis rendus la veille par l’Autorité environnementale, qui regroupe des membres du Conseil général de l’environnement et du développement durable et des personnalités qualifiées externes, sous la présidence de Philippe Ledenvic (depuis 2014). Concernant Belle-Ile, l’avis de l’autorité environnementale porte sur un projet de vignoble de la SCEA Les vignes de Kerdonis. Ce projet, qui serait développé en partie sur des zones naturelles de la côte sauvage, a suscité l’opposition de riverains d’abord, puis d’un front plus large dont le porte-parole est l’association créée il y a un an La bruyère vagabonde. Gilles Smadja, son président, exprime son sentiment à la lecture de l’avis de l’autorité environnementale :

«On ne peut qu’être étonné que malgré les trois enjeux environnementaux cités, l’avis se limite à énumérer des recommandations. On apprend quand même qu’une des 2 parcelles de Port Coter est écartée car elle concentre trop d’enjeux environnementaux, et que le projet s’étendra finalement sur 12,6 hectares au lieu de 20. Mais sur ce total, 7,5 hectares se trouvent bien sur la côte sauvage ! Un autre élément qui nous frappe est que le CPIE est cité comme un possible garant de la qualité environnementale du projet : un partenariat avec cette association ou avec le service des espaces naturels de la CCBI est suggéré. Or, pour le CPIE, cela voudrait dire qu’une association en grande partie subventionnée par l’argent public vendrait une prestation à une entreprise privée. Et dans le cas du service espaces naturels, impliquer la CCBI signifierait que la collectivité ne serait plus neutre vis-à-vis du projet ».

A noter. L’avis de l’autorité environnementale a valeur consultative. La société Les vignes de Kerdonis devra y apporter une réponse écrite mise à disposition du public, avant le lancement de l’enquête.

1 commentaire
0

Vous aimerez peut-être aussi

1 commentaire

SRG Salaun 28/11/2020 - 15:51

Hier, lors de la mise en maintenance du site, le commentaire suivant de l’association Gerveur da viken a été effacé:

« Dans l’article du 30 août 2019 sur ce site Bertrand Malossi directeur du domaine de Vallongue, interviewé, disait « Suite à la lecture de votre article, j’ai relevé le contact indiqué d’un résident de Port-Coter et j’ai essayé d’entrer en contact avec lui, pour l’instant sans succès. Mais surtout, il y a 3 ans, quand l’idée d’installer un domaine à belle-Île a pris corps, j’ai rencontré l’ancien maire de Locmaria, Véronique Bertho, une adjointe au maire de Le Palais, et Julien Froger, de la CCBI, ainsi que Guillaume Février, du CPIE. Au moment du changement d’équipe à Locmaria, peut-être aurais-je dû reprendre contact avec le nouveau maire… mais il faut savoir qu’à l’heure actuelle nous sommes engagés dans des procédures qui sont lourdes et demandent du temps. Il n’est donc pas toujours évident de savoir par où commencer.
Un peu plus loin il évoquait aussi le soutien d’Y. Brien.
On peut en déduire que dès 2016 ce projet était connu d’un certain nombre de responsables de Belle-ile. Or son existence a été « découverte » par les habitants concernés en 2019. Ces derniers ont alors interrogé des responsables qui ont semblé ne pas être au courant. Pourquoi cette discrétion parfaite de la part des partenaires potentiels cités?
D’autres projets de jeunes agriculteurs sont l’objet d’une communication positive y compris dans la presse. Et nous sommes heureux de les voir naître .
Celui-ci a été élaboré en catimini … et on le découvre au moment du dépôt auprès du ministre d’un dossier de demande d’autorisation de s’installer dans des zones hyper protégées (zones naturelles Natura 2000 sites classés ou inscrits ZNIEFF et j’en passe )
La dernière version dudit projet (qu’évoque ici G. Smadja) a été déposée en juin 2020, quelques jours avant la publication d’un texte «simplifiant » les procédures d’obtention d’autorisations environnementales et qui délègue au préfet le pouvoir de décision. « Cool » comme disent les « djeuns »
Vous avez dit « complot« ???
Gerveur da viken »

Laissez un commentaire