La Une Brèves Circuits courts. Lancement de la campagne « Cette année mon père Noël est bellilois »

Circuits courts. Lancement de la campagne « Cette année mon père Noël est bellilois »

par SRG Salaun
70 vues

Cette année, en soutien aux commerçants, les collectivités locales belliloises lancent une campagne en faveur du commerce local qui sur les affiches sera intitulée « Cette année mon père Noël est bellilois ».

Le jeudi 19 novembre, un point presse avait lieu à la CCBI pour présenter l’affiche de la campagne « Cette année, mon père Noël est bellilois ».

Lors d’un point presse à la CCBI, les élus locaux ont donc présenté les outils numériques qui serviront à faciliter les achats dans les commerces qui depuis le début du 2e confinement, le jeudi 29 octobre à minuit, ont été décrétés « non essentiels » et ont dû fermer. « En plus du site www.solidile.com, qui référence les commerces bellilois et est parti de l’initiative de 3 jeunes gens, il sera possible d’acheter via internet en passant par la plateforme www.mavillemonshopping.fr, a détaillé Annaïck Huchet, maire de Bangor et présidente de la CCBI. Grâce au contrat que nous avons passé avec cette plateforme, les commerçants qui ne sont pas rompus au numérique seront accompagnés. Pendant le confinement, www.mavillemonshopping.fr ne prendra aucune commission sur les transactions. C’est certainement le début d’un virage vers de nouvelles pratiques, et d’ailleurs le site www.solidile.com deviendra peut-être à terme un site de e-commerce. En tous cas, nous souhaitons que le numérique permette aussi bien aux Bellilois de continuer à faire fonctionner les entreprises locales qu’aux amoureux de Belle-Ile de garder le contact avec les commerçants insulaires ».

Mathilde, Sorya et Théo-Paul, dont les familles fréquentent Belle-Ile depuis de nombreuses années, sont à l’origine du site http://www.solidile.com/ Restés à Belle-Ile depuis l’été dernier, ils ont proposé bénévolement leurs services aux commerçants bellilois.

Enfin, il a été rappelé que le système de commandes par téléphone dans les commerces fermés n’a jamais cessé de fonctionner et que, comme dans de nombreuses communes, les élus locaux ont écrit au préfet, au député et aux sénateurs pour obtenir que les rendez-vous en boutique soient autorisés. Pour l’instant, aucune réponse positive en ce sens n’a été donnée.

0 commentaire
0

You may also like

Laissez un commentaire

Défiler vers le haut