Nommé à la commission nationale du débat public pour participer aux réunions organisées jusqu’au 30 novembre au sujet du parc éolien flottant de Bretagne sud, Jean-Michel Lopez, directeur général délégué transitions environnementales et énergies marines à la Région Bretagne, était présent à ce titre lors du débat du 6 octobre dernier à Belle-Ile. Contacté par Belle-Ile en diagonales, il précise la position de la Région.

Souvent, on qualifie la Bretagne de péninsule énergétique. Pouvez-vous détailler ce que cela signifie ?

Jean-Michel Lopez, directeur général délégué transitions environnementales et énergies marines à la Région Bretagne.

Etant une péninsule géographique, nous sommes aussi une péninsule électrique très dépendante d’approvisionnements énergétiques en provenance des régions voisines. En fait, 82% de nos sources de production d’énergie sont extraterritoriales.

Malgré tout, on peut faire le constat d’une amélioration, puisqu’il y a 10 ans, seulement 5% de nos besoins étaient couverts par notre production, contre 18% aujourd’hui.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !