Alors que des mesures comme la fermeture administrative d’un bar à Groix, décidée par la préfecture, ou l’obligation pour les collégiens de porter un masque, viennent d’être annoncées, le Morbihan s’apprête à clore un mois d’août au cours duquel 0 personnes ont été déclarées décédées du covid-19 par l’ARS[1]. Dans ce contexte, Belle-Ile en Diagonales a questionné au hasard des terrasses quelques Bellilois et vacanciers au sujet de cette apparente contradiction.

Alain et Annie (Nantes), 67 ans et 63 ans

Alain et Annie, qui ont des origines belliloises et passent régulièrement leurs vacances à Belle-Ile, viennent d’acheter une petite maison à Bangor.

Aujourd’hui, l’ARS annonce régulièrement de nouveaux cas de contamination par le coronavirus. Cela vous fait-il vous sentir en danger ?

Non, car nous n’avons pas de pathologies particulières, et pour nous cette maladie n’est pas signe de mort.

Depuis la fin du confinement, le 11 juillet dernier, avez-vous modifié certaines de vos habitudes afin de réduire les risques de contagion ?

On est très « bêtes et disciplinés », donc on suit les consignes de lavage fréquent des mains, masques… En fait, pour nous qui sommes retraités, c’est sans doute plus simple que pour des jeunes ou des familles, qui ont une vie sociale plus active. Finalement, dans notre mode de vie, le plus grand changement aura été de conserver l’habitude prise pendant le confinement de plutôt aller dans les petits commerces. On avait déjà cette tendance, et elle s’est affirmée.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !