La Une Brèves Pipeline. Les réponses de la préfecture du Morbihan tardent à venir

Pipeline. Les réponses de la préfecture du Morbihan tardent à venir

par SRG Salaun
94 vues

Le 23 juillet dernier, peu après l’installation d’une infrastructure extérieure sur le site des Glacis où a été détectée la fuite principale du pipeline, devant la gendarmerie, Belle-Ile en diagonales avait adressé un questionnaire à la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL). Le questionnaire, complété par les techniciens de la DREAL, a ensuite été transmis à la préfecture du Morbihan. Voici le questionnaire en question, toujours en attente de réponses:

  • Vous travaillez au sein de la DREAL, pouvez-vous préciser la nature de vos fonctions et le rôle du service qui vous emploie, ainsi que son rayon d’action territorial?
  • Dans le cas précis du dysfonctionnement du pipeline de Le Palais, quels acteurs (institutionnels et privés) sont amenés à intervenir, et comment la DREAL travaille-t-elle avec la communauté de communes?
  • Depuis le constat du problème de fuites, fin avril 2019, quelles mesures ont été mises en oeuvre pour quantifier la pollution due aux écoulements d’hydrocarbures?
  • Quelles ont été les conclusions des premières analyses?
  • Quels sont les risques générés par cette pollution?
  • Pourquoi demander aujourd’hui de nouvelles analyses?
  • Pouvez-vous détailler le calendrier des mesures de contrôle prévues et la date attendue des résultats?
  • Où ces résultats seront-ils publiés?
  • Qui paie la note de ce déploiement de moyens de vigilance?
  • La règle qui s’applique est-elle celle du « pollueur-payeur »?
  • Existe-t-il des suspicions de fuites à d’autres endroits du pipeline?
1 commentaire
0

You may also like

1 commentaire

Denis JEANT 12/08/2020 - 22:28

Je trouve que c’est un sujet d’intérêt général trop longtemps délaissé par les partis en présence, depuis 1976 avec l’accident qui avait entrainé le décès de Pierre Gendron suite à l’incendie pétrolier. Le retour d’expérience (REX ou RETEX) devrait être exploité par l’ensemble des acteurs afin de réduire les risques d’un accident majeur. En espérant que ce dossier soit de nouveau pris en compte dans l’intérêt de tous les habitants de Belle-île et plus particulièrement des palantin(e)s situé(e)s aux premières loges.. Si j’ai bien compris en tentant de détricoter la pelote des différents acteurs en présence, ce qui n’est pas une mince affaire, le port de Palais appartient à la région Bretagne qui a délégué sa gestion à la commune de Palais. Le transport du carburant avec l’Anatife (No smoking) est de la compétence du conseil départemental du Morbihan, le pipeline et le dépôt d’essence appartiennent à la CCBI qui a confié une délégation de service public (DSP) à la Compagnie Industrielle Maritime (CIM) appartenant au groupe CIM-CCMP. Chaque commune est chargée de constituer le Dossier d’Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM). Pour finir, les services de la préfecture de la région Bretagne (DREAL) avec une unité territoriale de la DREAL au niveau de la préfecture du Morbihan, la Commission de Suivi de Site (CSS)… qui interviennent dans le suivi des sites dangereux et des autorisations délivrées (sites SEVESO, installations selon directive IED pour « Industrial Emissions Directive », installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE)…), de l’inspection des sites, du suivi réglementaire, de l’organisation d’exercices afin de se préparer à d’éventuels accidents…l’élaboration du Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) afin d’informer la population et les Plans de prévention des risques technologiques (PPRT) pour réduire les risques, Information des acquéreurs et locataires (IAL).

Report comment

Laissez un commentaire

Défiler vers le haut