Hier, lundi 10 août, l’association La bruyère vagabonde, qui réunit des riverains opposés à un projet de cultures viticoles dans des zones naturelles protégées de Locmaria, organisait un point presse à Port Coter. Objectif : rendre publiques les demandes de dérogation déposées par la société Les vignes de Kerdonis en vue d’obtenir le déclassement de plusieurs hectares.

Depuis le dernier point presse organisé par les résidents de Port Coter, il y a un an, ce qui était au départ un collectif informel est devenu une association d’une trentaine d’adhérents, La bruyére vagabonde, laquelle a reçu le 20 juillet dernier un courrier du préfet du morbihan.

Lundi 10 août, des résidents de Port Coter membres de l’associatione La bruyère vagabonde sétaient donné rendez-vous chez Gilles Smadja (3e en partant de la gauche), leur porte-parole.

« Ce qu’indique ce courrier est que la société Les vignes de Kerdonis a demandé de pouvoir déroger aux protections prévues pour les sites Natura 2000 en sollicitant un déclassement, a exposé Gilles Smadja, membre du bureau de l’association, et hôte de la réunion. Or, le 2 décembre 2019, le préfet nous avait signifié qu’aucun dossier n’avait été déposé dans ses services pour instruction. Pour nous, tout était donc en stand-by, voire abandonné.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !