Alors que le projet d’une ligne régulière d’hélicoptères reliant Lorient à Belle-Ile semble avoir été provisoirement abandonné, Belle-Ile en Diagonales a pu s’entretenir avec un pilote habitué du ciel bellilois pour ses activités de « taxi ». Rencontre avec Thierry Leygnac, pilote chez Bretagne Hélicoptères.

Vous travaillez actuellement pour Bretagne Hélicoptères. Pouvez-vous présenter cette société ?

T.L : Au départ, Bretagne hélicoptères était juste un nom commercial, utilisé à partir de 2004 après le rachat de Ponair par la société d’un investisseur choletais, Pierre Chiron. Puis, en 2012, l’entreprise Bretagne hélicoptères a été créée. A ce moment-là, j’étais déjà pilote depuis 2005 de leur unique hélico, qui est basé à Vannes. Un temps, j’ai même été salarié-actionnaire, jusqu’en 2017, année où j’ai vendu mes parts en même temps que Pierre Chiron. La société qui nous a rachetés s’appelle Héliberté et a intégré à sa holding beaucoup d’autres petites entreprises comme la nôtre. Et à la fin de ce mois-ci, nous cesserons même d’être une société avec ses propres statuts : même si nous conservons notre nom commercial, Bretagne hélicoptères sera totalement intégrée à Héliberté.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !