La Une Portraits Portrait. Marie-Pierre Gallene, nouvelle employée de Vival, fait son retour à Sauzon

Portrait. Marie-Pierre Gallene, nouvelle employée de Vival, fait son retour à Sauzon

par SRG Salaun
775 vues

Ce portrait en accès libre est offert par Vival, annonceur de Belle-Ile en diagonales

Employée de l’épicerie Vival de Sauzon depuis cette année, Marie-Pierre Gallene, palantine d’adoption, fait un retour remarqué dans le bourg de son enfance, en même temps qu’elle réalise enfin le rêve de décrocher un CDI. Zoom sur le parcours d’une Sauzonnaise revenue à son port d’attache.

Sauzonnaise à la fois par sa famille paternelle, les Gurriec, et par sa mère née Garin, de Bordery, Marie-Pierre Gallene, qui a grandi dans le bourg de Sauzon, n’en est partie un jour que par « obligation scolaire ». Dès la classe de 5e en effet, la jeune collégienne avait dû mettre le cap vers Lorient, où elle suivra une 4e et une 3e technologiques orientées vers la couture et le ménage au lycée professionnel Marie Le Franc. Puis, à 16 ans, Marie-Pierre, qui est encore Gurriec, s’inscrit à un CAP d’employée technique de collectivité, à Questembert.

« J’ai eu mon diplôme à 18 ans, mais mes formateurs me trouvaient encore trop jeune pour entrer dans la vie professionnelle, se souvient-elle. Du coup, ensuite, j’ai commencé un CAP cuisine ». Cependant, devant les fourneaux, mal à l’aise avec une atmosphère dans laquelle jusque les « jupes et chemisiers » lui déplaisent, la jeune fille ne trouve pas sa place. Et à 20 ans, en 1992, la voilà qui jette le tablier, et revient sans plus attendre à Belle-Ile.

Embauchée 1 semaine après sa démission

« J’ai travaillé dans plusieurs restaurants et commerces à Palais et à Sauzon, et à la mairie de Sauzon, et ai emménagé à Palais en 1997, pour des raisons professionnelles, détaille-t-elle. C’est là que je me suis finalement établie, et où j’ai acheté une maison avec mon mari, lui aussi sauzonnais d’origine ». Mais malgré sa motivation, Marie-Pierre Gallene, qui a aussi choisi un temps d’être mère au foyer pour ses enfants nés en 1999, 2003 et 2005, ne parvient jamais à trouver de contrats autres que saisonniers, où avec un volume horaire insuffisant. C’est d’ailleurs pour cette dernière raison qu’elle décidera finalement de démissionner du supermarché Casino, après 5 années, et au moment où une épreuve familiale la conduit à chercher le moyen d’appuyer financièrement davantage son mari. « Une semaine après ma démission, j’ai vu une annonce de Florence sur Facebook, expose-t-elle. J’ai tout de suite été la voir, et j’ai commencé le lendemain ! ».

« Plus de chaleur et de sourires »

A 48 ans, Marie-Pierre Gallene touche au but : un CDI à plein temps signé sur les quais où elle a ses souvenirs d’enfance. Seul regret pour la toute nouvelle employée de Vival, le fait de ne pas pouvoir vivre à Sauzon, où elle a encore sa mère, et où elle dit en riant venir « au moins une fois par semaine en pèlerinage, sinon ça ne va pas ! »

Persuadée qu’il y a à Sauzon « plus de chaleur et de sourires » tout en concédant que « Palais a le dynamisme », Marie-Pierre Gallene, qui relie désormais chaque jour les 2 communes dans sa petite voiture sans permis, voudrait toutefois couper la poire en deux : «Sauzon vit plutôt la journée, et Palais la nuit ». Mais rien à faire, pour cette mère inquiète à l’idée que ses 2 aînées songent à travailler sur le continent, même à Le Palais, « quelque chose manque ».

Florence Le Doux, propriétaire de l’épicerie Vival de Sauzon, pose ici avec ses employés saisonniers: Evan Lucas, Bertille Gadot, Félix Mahéo, Noémie Thomas, et Maeva Chaupitre.

Tous les vendredis durant l’été, l’épicerie Vival propose des ananas pelés grâce à une machine mise à disposition par le groupe Casino et conditionnés en barquette.

 

 

 

 

 

 

 

 

Supérette Vival. Rue du Chemin neuf (Sauzon). 02.97.31.63.34

-Hors saison: du lundi au samedi, 08h30-12h30 et 15h30-19h30; dimanche, 08h30-12h30.

-Juillet/août: tous les jours, 08h-20h

Vival. A Sauzon, en 1968, une supérette a poussé dans le jardin de la mère Thom

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire