La Une En diagonal Un point presse a eu lieu aujourd’hui, vendredi 20 mars, à la mairie de Le Palais

Un point presse a eu lieu aujourd’hui, vendredi 20 mars, à la mairie de Le Palais

par SRG Salaun
513 vues

Après la série d’arrêtés préfectoraux précisant les conditions du confinement sur les îles, avec l’interdiction de l’hébergement touristique et de l’accès aux plages, le maire sortant[1] de Le Palais et président de la CCBI, Frédéric Le Gars, et son premier adjoint Thibault Grollemund, ont tenu aujourd’hui, vendredi 20 mars, à s’exprimer lors d’une conférence de presse.

En préambule à l’énumération des dispositions qui touchent Belle-Île, Frédéric Le Gars a commencé par une mise au point : « Nous tenons à rappeler qu’être confinés à Belle-Île ne veut pas dire être en vacances. Toute personne qui n’aura pas son attestation dérogatoire de circulation sera verbalisée. Depuis hier, une trentaine de verbalisations ont été enregistrées, et des renforts d’effectifs de gendarmes présents à Belle-Île à la journée sont actuellement déployés ». Mais dans le contexte de tension généré depuis lundi dernier par l’arrivée de résidents secondaires, avec son corollaire de polémiques aussi bien sur les réseaux sociaux que dans les médias nationaux, Frédéric Le Gars a aussi souhaité corriger des propos tronqués relayés dans plusieurs articles : « J’ai toujours dit que l’arrivée des résidents secondaires, qui sont venus avant la déclaration de l’obligation de confinement à partir du mardi midi de cette semaine, n’était pas une plaie. Ces déplacements étaient en effet légaux. Et les résidents secondaires sont ici chez eux ».

Par ailleurs, le maire sortant a insisté sur le fait que les 600 personnes supplémentaires finalement enregistrées à Belle-Île ne seraient pas un poids que le système local de veille sanitaire ne pourrait pas supporter : « Il faut rappeler que le Covid-19 n’est pas un danger immédiat pour les personnes infectées. S’il y a lieu, les évacuations seront anticipées avant le stade de la détresse respiratoire. Et ces éventuelles évacuations seraient réalisées dans les conditions habituelles, avec si nécessaire le recours à l’hélicoptère ».

Une veille solidaire

Dans un 2e temps, Thibault Grollemund, 1er adjoint, qui a par ailleurs rappelé que ses responsabilités en tant que président du conseil de surveillance de l’hôpital l’obligeaient à diffuser la consigne de demeurer dans sa résidence principale, à quant à lui détaillé les dispositifs mis en place par la mairie afin de porter assistance aux personnes pour qui le confinement engendrerait des difficultés matérielles ou morales :

« Avec plusieurs élus et des personnes volontaires, nous avons mis en place une veille solidaire. C’est-à-dire que nous recensons les personnes qui pourraient être dans le besoin, soit parce qu’elles souffrent de l’isolement, soit parce que, n’étant pas véhiculées, elles ne peuvent par exemple pas faire leurs courses. Nous procurons aussi les formulaires d’autorisations dérogatoires de circuler. Chaque volontaire se voit attribuer plusieurs numéros de téléphone et appelle quotidiennement les personnes qui nous ont été signalées ou se sont signalées elles-mêmes ».

A ce jour, aucun cas de Coronavirus n’a été signalé à Belle-Île.

Pour contacter le dispositif de veille solidaire afin de se porter volontaire ou de recevoir de l’aide : appeler la mairie au 02.97.31.80.16, ou écrire à l’adresse palais.solidaire@gmail.com

[1]Hier, jeudi 19 mars, le premier Ministre, Edouard Philippe, a indiqué que les exécutifs locaux (maires et présidents d’intercommunalité) seraient élus à la mi-mai. Les conseils municipaux initialement prévus aujourd’hui à Le Palais et Bangor sont donc annulés.

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire