La Une En diagonal Entretien. Nicolas de Moucheron assume son rôle de défenseur du projet privé de « réhabilitation » de la Ferrière

Entretien. Nicolas de Moucheron assume son rôle de défenseur du projet privé de « réhabilitation » de la Ferrière

par SRG Salaun
26 vues

Installé à Sauzon depuis 3 ans, Nicolas de Moucheron[1] a été chargé par Grégoire Senthiles, propriétaire d’une partie des fortifications des Grands- Sables, de défendre un projet de « réhabilitation » du site. Suite à un premier refus des services de l’Etat et aux réactions d’associations qui contestent la légalité de l’opération, il explique aujourd’hui pourquoi la création d’une « résidence à usage familial » en retrait de la dune ne le choque pas.

Votre installation à Belle-île est récente. Pourtant, vous dites connaître Grégoire Senthiles de longue date. Pouvez-vous expliquer la nature de vos liens ?

Il est vrai que je suis résident à l’année depuis peu, en fait depuis ma retraite. Jusqu’à présent, j’ai surtout vécu à l’étranger. Mais la famille de mon épouse possède ici une résidence de vacances depuis plusieurs générations. Notre maison familiale de Penhoët, aux Poulains, a été construite sur le site de l’ancien manoir de Sarah Bernhardt, détruit durant la Seconde Guerre mondiale par les Allemands. J’ai donc des relations amicales très anciennes avec Grégoire Senthiles, dont la famille fréquente également Belle-Île de longue date

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !

1 commentaire
0

You may also like

1 commentaire

gdv 23/12/2019 - 11:15

Lorsque le projet sur les grands sables a été connu plusieurs associations dont celle à laquelle adhère Monsieur de Moucheron ont manifesté vigoureusement leur désapprobation. Et publiquement.. En tout état de cause, il est impossible d’invoquer une réhabilitation d’un fort type 1846 monument historique pour le transformer en résidence privée sur la plage, dénaturant complètement l’aspect et la vocation de cette batterie et contournant ainsi la loi Littoral. En revanche une restauration s’impose à l’identique, en donnant à cette batterie une vocation culturelle, en l’ouvrant à tous, comme il a été fait par exemple à Hoedic, et en relevant les fortifications qui s’écroulent sur la plage. Les subventions de l’état et les exonérations fiscales doivent servir à cela et non à financer une construction privée.

Report comment

Laissez un commentaire

Défiler vers le haut