Après avoir passé la plus grande partie de sa carrière au large, Philippe Enhart, ancien chef mécanicien aujourd’hui à la retraite, a commencé à travailler à Belle-Île pour la Compagnie morbihannaise de navigation (SMN) en 1999. Aujourd’hui, même s’il considère que les traversées quotidiennes pouvaient avoir un aspect « routinier », il évoque avec nostalgie des bateaux « vivants ».

Né en région parisienne, philippe Enhart, 65 ans aujourd’hui, doit son arrivée à Belle-Île, en 1980, à la fois à son goût pour la voile… et au bureau des affaires maritimes de l’avenue Carnot, à présent fermé.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !