La Une Portraits A l’occasion d’une exposition photo, Yann Gicquel, ancien journaliste chez France 2, livre sa vision du métier

A l’occasion d’une exposition photo, Yann Gicquel, ancien journaliste chez France 2, livre sa vision du métier

par SRG Salaun
1k vues

Vivant entre Paris et Belle-Île depuis qu’il a cessé son activité de journaliste reporter d’images pour France 2 il y a une dizaine d’années, Yann Gicquel a installé hier, lundi 22 juillet, sa première exposition insulaire dans le hall d’accueil de l’hôpital. Le moment idéal pour livrer à Belle-Ile en diagonales sa vision du journalisme.

Yann Gicquel expose ses photographies dans le hall d’accueil de l’hôpital Yves Lanco, à Le Palais, jusqu’au 6 août.

Lorsque vous avez décidé de prendre votre retraite, vous étiez journaliste chez France 2, notamment pour le journal télévisé. Pouvez-vous expliquer votre trajectoire avant d’en arriver là ?

Je suis né à Rennes. Et, tout petit déjà, j’ai su que je voulais faire du reportage. J’ai encore un souvenir très net d’une équipe de radio France Bleu qui était venue faire un sujet où j’habitais : j’avais vu un gars couper les bandes d’enregistrement pour faire le montage, et ça m’avait beaucoup impressionné. Rapidement, je me suis mis à la photo, puis j’ai fait une école de cinéma. Ça m’a permis de commencer à travailler comme remplaçant chez France 3 dans beaucoup de régions françaises, avant d’entrer chez France 2 et de pouvoir commencer à faire ce qu’on appelle du grand reportage, notamment pour le magazine Géopolis. Mais quand j’ai arrêté mon travail, je ne voyageais déjà plus, et je m’occupais principalement du JT.

Pourquoi avoir choisi de cesser votre activité avant l’heure ?

France 2 devenait une maison de fous !

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !

Vous aimerez peut-être aussi

Laissez un commentaire