Employé de la compagnie maritime depuis 1990, Dominique Rousselot a fait un beau coup double : une première fois en s’installant à Belle-île, qui était pour lui « un paradis » ; une deuxième en décrochant un travail au contact de la mer. Un poste d’où il a vu évoluer son entreprise, et où il a vécu des épisodes qui font relativiser les petits tracas du quotidien.

Avant de faire la connaissance de Belle-île, Dominique Rousselot, Lorientais d’origine, a d’abord rencontré la bonne jeune fille : une demoiselle qui avait eu l’excellente idée de venir faire un stage dans l’ancienne étude notariale de maître Huchet, qui occupait alors un local situé près de l’écluse, à Palais.

A l’époque étudiant en BTS technico-commercial, le futur mari enamouré trouve alors un travail saisonnier de serveur au Bretagne.

« Je devais faire une saison de 2 mois mais je suis resté 1 an, se souvient-il. De toutes façons, les études, ce n’était pas mon truc. Et je me suis tout de suite plu ici. C’était un paradis, avec une liberté et une ambiance qui existent encore en partie ».

Entretemps, la future madame Rousselot voit son stage se conclure par une embauche.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !