Comme l’a récemment rappelé le cas d’un artisan qui avait domicilié son entreprise à Groix et s’est vu refuser le tarif insulaire même après son appel devant la cour administrative de Nantes, il ne fait pas bon contester les critères d’attribution du Pass îlien. A Belle-île, Sophie Hazo, salariée du garage Huchet de la Saline, en sait quelque chose.

Quand Sophie Hazo s’est installée à Belle-île il y a 15 ans pour vivre avec son compagnon Bellilois, même la Compagnie Océane était bonne fée pour son histoire d’amour. A l’époque, pour obtenir la carte insulaire, le seul critère était celui du temps de résidence à Belle-île.

« J’ai toujours conservé la maison dont je suis propriétaire à Questembert, explique-t-elle. Je m’en servais comme point de chute pour retrouver certains week-ends mes filles étudiantes sur le continent, issues d’une première union. Mais ma vie est ici ».

La première fois où elle adresse sa demande de carte insulaire à la mairie, Sophie Hazo n’a donc aucun mal à justifier de la réalité de son emménagement à Belle-île. Seulement voilà, en 2008, la liaison Palais-Quiberon est confiée à la Compagnie Océane par une délégation de service public signée par le département. Puis, en, 2014, cette DSP est renouvelée, mais cette fois sous la responsabilité de la Région, qui vient d’hériter d’une nouvelle compétence.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !